Les petits gestes font les histoires les plus belles

Des porteurs de projets nous racontent leurs succès, concrétisés grâce au soutien financier d’Albaraka.

  Mme Khadija Oumasst a  commencé son projet par la production de l’huile d’argan à la maison de ses parents, avec une capacité de production très limitée. En 2006, elle a contracté un prêt de 3.000 dirhams auprès d’Albaraka qui lui a permis d’augmenter sa capacité de production et d’employer sa sœur. En 2007, elle a participé en tant que cliente d’Albaraka à l’inauguration du Centre Mohammed VI de Soutien à la Micro-finance Solidaire, tenue à Casablanca. Suite à cet événement, et avec l’accompagnement et les conseils de l’équipe d’Albaraka, elle a  pu créer une coopérative pour la production de l’huile d’argan et ses dérivés, ce qui lui a permis de bénéficier du programme INDH et de construire ainsi un local pour la coopérative. De même, et grâce au soutien d’Albaraka, elle a  pu participer deux fois au SIAM de Meknès, où elle a pris contact avec des partenaires susceptibles de l’aider à commercialiser ses produits. En somme, afin de développer son projet, elle a contracté huit prêts de l’institution. Le dernier s’élevait à 30.000 dirhams. Pour conclure, « je me considère un membre de la famille Albaraka puisque sans elle je n’aurais jamais pu améliorer mes conditions de vie et celles de ma petite famille. » …. Khadija Oumasst
 Productrice d’huile d’Argan.

 

 Mr Mohammed Guennouni est un jeune soudeur de 24 ans qui a abandonné ses études secondaires pour apprendre un métier. Cet arrêt n’a constitué en aucun cas un blocage pour construire son avenir. Au contraire, après avoir expérimenté plusieurs domaines, il a fini par se trouver dans le métier de soudage qui consiste à effectuer l’assemblage des éléments métalliques afin de produire un article (portes métalliques, grillage…) ou à réparer des produits métalliques défectueux. Encouragé par sa sœur, qui est une ancienne cliente de l’institution Albaraka, Mr Guennouni a obtenu un premier prêt de 8 000 dirhams qui lui a permis de s’associer à un autre soudeur. Après deux ans, Mr Guennouni souhaitait devenir indépendant et posséder sa propre micro-entreprise. Il a ainsi loué un local dans un nouveau quartier où le soudage est très demandé et a sollicité Albaraka pour lui octroyer un deuxième prêt de 10 000 dirhams pour l’achat du matériel. Actuellement, Mr Guennouni vit son rêve d’être un micro-entrepreneur indépendant et aide à construire le rêve d’un jeune qu’il a embauché en tant qu’apprenti et qu’il est en train de former. …. Mohammed Guennouni
soudeur et client de Marrakech2

 

  Abdelkader Elbarni réside dans la commune d’Ahlaf-Melila. Son métier d’apiculteur consiste à élever les abeilles afin de produire et commercialiser du miel et de la gelée royale. Pour développer sa micro-entreprise, il a bénéficié de trois prêts en 2008, 2010 et 2015 de sommes respectives de 5 000 dhs, 14 000 dhs et 20 000 dhs. Mr Elbarni est un micro-entrepreneur très actif dans son domaine. Il est le président de la coopérative Tamesna de l’apiculture et la production agricole et animale, président également de l’association régionale de la gelée royale et membre de l’union des coopératives de la gelée royale.En tant que client d’Albaraka, Mr Elbarni a participé en 2013 au salon international de l’agriculture puis en 2014 à la rencontre régionale de Berrechid. Et grâce à l’appui de l’institution, il a pu réussir son projet et ambitionne d’exporter le miel et la gelée royale. …. Abdelkader Elbarni : apiculteur d’ ElGara

3

Des porteurs de projets, clients d’Albaraka, primés par les prix nationaux de micro-entreprises.

Les lauréats du Prix Nationale de Micro-Entrepreneur 2016

 Mohammed Ahbaiba a choisi d’apporter sa touche personnelle au domaine de la tapisserie traditionnelle. Il a mis au point une machine permettant à l’artisan de gagner du temps ; une optimisation d’efforts qui s’avère rentable.

Mohammed qualifie son invention d’originale, d’exclusive et d’utile. L’idée est née après de longues années de travail dans des ateliers de couture de bâches et des sociétés de tapisserie. Mohammed Ahbaiba a eu recours au crédit pour réaliser ce projet. Il a, par la suite, choisi de travailler indépendamment, en ouvrant son propre atelier où il produit des tapis qui marient harmonieusement tradition et modernité.

Mohammed Ahbaiba a gagné le 1er prix de la catégorie Micro-entreprise innovatrice d’une valeur de 25 000 dirhams.

…. Mohammed Ahbaiba
Tapisserie

 

 

Mina El Ouagari a fait ses preuves dans un domaine historiquement réservé aux hommes. Elle a démarré son activité par la conception de coussins et de rideaux pour passer, par la suite, à la fabrication de matelas, fauteuils et salons modernes. La qualité de sa production et le respect des délais lui font gagner une bonne réputation dans son entourage. Le projet de Mina a commencé progressivement à prendre de l’ampleur et à lui assurer une source de revenus stables qui lui permet de répondre aux besoins de sa famille et de ses salariés. Mina a ouvert un magasin pour la commercialisation de ses produits. Elle emploie à ce jour 5 personnes et dispose d’un équipement performant.

Mina Ouagari a gagné le 2ème prix de la catégorie Micro-entreprise féminine d’une valeur de 15 000 dirhams.

…. Mina El Ouagari
Tapisserie (mobilier)

 

A 40 kilomètres de la ville de Taza, Yamna Chabaane a ouvert son auberge. Après son divorce, elle a choisi la demeure parentale pour monter son projet. Elle a commencé par la restauration pour étendre son activité à l’hébergement. Yamna atteste que le défi n’était pas facile à relever. Armée de patience, Yamna a milité pour que son auberge devienne aujourd’hui un lieu de résidence incontournable pour les amateurs de randonnées. Ses clients vantent la propreté de l’auberge, l’hygiène alimentaire et l’accueil chaleureux de toute l’équipe. Pour la gestion de son projet, Yamna déploie une approche originale : elle met en relief tout ce qui est traditionnel. L’auberge est équipée de mobilier traditionnel, quant à la restauration, les menus sont composés de produits du terroir bio.

Yamna Chaabane a gagné le 3ème prix de la catégorie Micro-finance, tourisme responsable et produits du terroir d’une valeur de 10 000 dirhams.

…. Yamna Chaabane
Restaurant et Auberge

 

Originaire de Fès, Mouna El Amri a choisi de moderniser l’une des activités artisanales de la ville : la fabrication des «Tiyafar».Elle a introduit de nouveaux matériaux, notamment : le cuir, le bois, le verre et le cuivre. Son travail manuel se distingue par sa grande minutie et le raffinement de son design. Des atouts qui font que les conceptions de Mouna sont très demandées en périodes de fête, en l’occurrence à l’occasion des mariages, baptêmes et anniversaires. Assistée par son mari, Mouna développe son projet au fil du temps. Elle dispose actuellement d’une petite vitrine pour l’exposition et la location de ses créations.

Mouna El Amri a gagné le 3ème prix de la catégorie Micro-entreprise innovatrice d’une valeur de 10 000 dirhams.

…. Mouna El Amri
Fabrication manuelle des     « Tiyafar »

 

Abdessamad est un pépiniériste passionné par son métier. Dans un accueil chaleureux, il propose à ses clients une sélection de fleurs et de plantes au meilleur rapport qualité / prix. Il offre ainsi un sourire et un immense plaisir à ses clients, et ce à toute occasion.

Très jeune, Abdessamad accompagnait son père à son entreprise relative à la fabrication et la commercialisation des pochettes en cuir. Cette petite expérience lui a permis de développer le sens des responsabilités, du relationnel et surtout du « business ». Ainsi, il s’est orienté vers l’exercice de sa passion et a ouvert son propre local de vente de plantes et de fleurs.

Abdessamad a démarré son activité en 2012. Afin de développer cette dernière, il a contracté deux prêts auprès d’Albaraka d’un montant global de 35 918,00 Dirhams. Son premier prêt, contracté en 2014, s’est élevé à 10 000,00 Dirhams. Cela lui a servi à aménager des étagères pour présenter sa marchandise. Depuis, son chiffre d’affaires a augmenté de 100% et sa marge bénéficiaire de 150%.

En décembre 2016, Abdessamad a gagné le prix de la Fondation CDG. Il comptait avec cet argent aménager son local de telle sorte que ce dernier soit  plus chaleureux et convivial afin d’accueillir ses clients. L’idée était aussi de mettre en place des étagères décoratives en bois et en verre pour une présentation plus fine des bouquets de fleurs et enfin, d’acheter des pots en vue d’occasions exceptionnelles telles que les mariages, les baptêmes, etc…

…. Abdessamad Bani El Mouddene
Pépiniériste