IMG-20151014-WA0012

A l’occasion de la Journée Nationale de la Femme et du 15ème anniversaire de sa création, l’Association des Femmes Chefs d’Entreprises du Maroc a organisé une conférence sous le thème : « Entreprenariat féminin, de la survie au plaisir d’entreprendre ». La conférence s’est déroulée le jeudi 08 octobre de 15h30 à 20h00 au Hyatt Regency de Casablanca.

La conférence a débuté par l’intervention de Mme Asmâa Morine Azzouzi, Présidente de l’AFEM, suivie par les échanges de Mr Larbi Belarbi membre du CESE, Mr Ahmed Réda Chami ex ministre de Commerce et de l’Industrie, Mme Myriam Maestroni Présidente de la SAS et Mr Driss Ksikès Directeur du CESEM et Directeur de Rédaction de La Revue Economia

Les chiffres clés cités lors de cette conférence sont les suivants :

  • En Afrique du Nord, seules 22% des femmes créent leur propre entreprise. Le Maroc affiche un taux des plus faible. Seulement 10 % des créateurs d’entreprise sont des femmes.
  • 50% des femmes travaillent dans le secteur de l’informel.
  • Les femmes marocaines rencontrent généralement plusieurs difficultés quand elles créent leur entreprise après une « première expérience professionnelle », puisqu’elles ne sont que 13% à occuper des postes de management.
  • Seulement 27% des femmes marocaines ont accès à un compte bancaire ce qui induit une difficulté à l’accès au financement.
  • Malgré l’adhésion du Maroc au système international des Droits de l’Homme, le taux d’activité des femmes reste toujours faible. L’inégalité des genres est encore un des points soulevés.

Le débat s’est poursuivi par le témoignage de trois femmes, ayant bénéficiées d’un micro-crédit et d’une quatrième qui travaille comme « vendeuse» de produits Oriflamme.

Notre cliente, Mme Mina Ouagari a été la première à témoigner. Elle a tout d’abord exposé ses difficultés à trouver un financement à son projet, en expliquant qu’elle s’est adressée en premier lieu  aux banques, mais sans résultat. Elle s’est ensuite tournée vers le microcrédit et à pris contact avec Albaraka, qui a pu répondre à sa demande et lui proposer une solution adéquate à sa situation en lui octroyant un prêt de 5 000 dhs. Elle a donc pu démarré son activité en tant que couturière (cousins et rideaux). Elle a expliqué qu’en étant une cliente assidue dans ses remboursements, elle a pu développer une confiance et une fidélité auprès d’Albaraka qui lui a accordé d’autres prêts et cela depuis une dizaine d’années. Elle a également ajouté que l’accompagnement d’Albaraka lui a permis de développer son activité et de passer d’une simple couturière à une tapissière avec la fabrication de fauteuils et  de banquettes sur commande.

Son activité est en expansion, elle a pu louer un nouveau local commercial où elle expose ses produits manufacturés, prêts à la vente.

Notre cliente a ensuite partager ses difficultés à se faire accepter dans ce secteur, prédestiné aux hommes généralement, à se faire accepter. Mission qu’elle a réussi grâce à sa persévérance, son sérieux et sa rigueur.

Elle a enfin conclu que grâce à la réussite de son projet professionnelle, elle a acquis une indépendante financièrement lui permettant de devenir propriétaire de son lieu de vie et acquérir un véhicule.

Les témoignages suivants ont été faits par une vendeuse de produits Oriflamme, puis par celui d’une cliente d’Alamana et enfin par une cliente de la Fondation Ardi.